Bienvenu(e)

 

« Désormais la solidarité la plus nécessaire

est celle de l’ensemble des habitants de la Terre. »

(Albert Jacquard)


 

Bonjour,

 

Ce site a été créé pour venir en aide aux personnes concernées par la maladie mentale (ou un trouble psychique). Peu importe de quelle maladie vous souffrez : schizophrénie, bipolarité, dépression, TOCS…, vous êtes souvent isolés, voire très isolés, et parfois sans aucun référent extérieur apte à vous aider au quotidien.

 

L’objectif de ce site est donc d’aborder tous les sujets susceptibles de vous intéresser (soins, logement, vie sociale, loisirs, insertion professionnelle…), et de proposer des informations et adresses qui peuvent vous être utiles.

 

Vous trouverez ainsi – en thématiques principales – et dans un ordre qui a somme toute une logique (il vaut mieux se soigner et être bien stabilisé avant d’entamer un parcours d’insertion, tant social que professionnel…) : S’orienter - Se soigner - Se loger - S’occuper de soi - S’insérer - S’engager et la rubrique Pour aller plus loin, un peu fourre-tout, et qui regroupe diverses choses (dont une ouverture vers les réseaux sociaux). Et dans chacune de ces rubriques, des sous-onglets, accessibles via l'en-tête, via le plan de chaque thématique (cf. bouton orange placé en début de chaque page d'introduction), ou via le plan global du site. 

 

L'objectif premier de Solidarités Usagers Psy est d'être avant tout « pratiquo-pratique », dans un objectif de partages (d’informations et d’expériences vécues), et donc de solidarités (d’où le nom du site). Vous trouverez ainsi sur de nombreuses pages des guides, formulaires, outils… téléchargeables, ainsi que des vidéos informatives.

 

Nous vous conseillons aussi de lire la page d'astuces pour la navigation pour trouver plus facilement les infos qui vous intéressent (le site regroupant environ 300 pages), et de penser à utiliser le moteur de recherche Google (localisé en bas de chaque page).

 

Un blog est également relié au site depuis peu.

 

Pour finir, sur la base de la logique qu’« on est plus intelligent à plusieurs que seul(e) » - toute information, tout questionnement, tout partage d’expérience, utile et d’autant plus pertinent qu’il sera porté par le vécu, sera accueilli, pour que tous les lecteurs puissent en profiter. Il ne faut ainsi surtout pas hésiter à contacter le webmaster si vous en avez l’envie.

 

Bonne navigation ! 

 

 

EMDR   Travailleur social   SIAE    Loi du 11 février 2005    Psychothérapie institutionnelle    Unafam    Potentiel    PASS    SAMETH    Psychiatrie    Centre de stabilisation    Time to change    CAC    Agefiph    Cannabis    SAU    Médecin traitant    Mad Pride    Inclusion sociale    Aide au logement    Rétablissement    SDF    RQTH    See me    Traitement    Symptômes    UAT    Club thérapeutique    SAVS    Urgences    MDPH    Remédiation cognitive    CHRS    Projet de vie    Psychologue    Atelier protégé    Thérapies    Parcours de soins    Accompagnement social    Milieu ordinaire    Neuroleptiques    Contrat aidé    Handipass    Accueil Familial Thérapeutique    ESAT    Psychothérapie    CAF    Allocations    Référent    Handicap psychique    Maison communautaire     Just  like me    Semaine d’information de la santé mentale    SAMSAH    TCC    Empowerment    Milieu protégé    Thérapie familiale    Appartement thérapeutique    CATTP    Pathologie    ALD    CMU    CPOA    Forum    Hospitalisation    Insertion     Art thérapie    Pair Aidants   Addictions    Sigles    CMP    Foyer    Cap Emploi    CRP    Effets secondaires    Pré-orientation    Entreprises adaptées    Atelier d’écriture    GEM    Vie sociale    HDJ    Sensibilisation    Clubhouse    Mad days    Psychoéducation    Réseaux sociaux    VAE    Bilan de compétences    FIPHFP    Emploi store    MOOC    Témoignages Conseil de la Vie Sociale  Modèle de marée    ACentres de pré-orientation    VAE    Hypnose   Réseaux d'échange   SAIPPH    Bilan de compétences IAE Maintien au travail Nutrition Atelier thérapeutique  Remédiation cognitive psychique    Foyer de vie     Mad Days   FIPHFP    Contrat de travail    Droits du patient    HUMAPSY Cap Emploi   CUI    Luminothérapie    Un toit d'abord    Club thérapeutique    Associations d'usagers     Time to change  Thérapie familiale    Appartement thérapeutique    CATTP    Pathologie    ALD    CMU    CPOA    Forum    Hospitalisation    Insertion     Art thérapie    Pair Aidants  Neuroleptiques    Contrat aidé    Handipass    ESAT    Psychothérapie    CAF      Référent   CDI Inclusion sociale  MDR   Travailleur social   SIAE    Loi du 11 février 2005   Sensibilisation   Psychothérapie institutionnelle   Unafam    Potentiel    PASS    SAMETH    Psychiatrie  Just  like me

 


Le "Vivre ensemble"

Savoir penser l'autre...

Depuis quelques années, nous constatons l’explosion de communautés rassemblant des personnes autour d’une même préoccupation ; celle-ci peut être lié à un problème de santé (association d’usagers) et/ou à une identité (courant LGBT+), et/ou à un partage de vécu (mouvement #MeToo et consorts). Multiplications de communautés, de sous-communautés, de sous-sous-communautés… où se rassemblent des personnes pensant avoir un vécu similaire, en tout cas une même préoccupation, souvent celle de faire respecter leurs droits.

 

Mais le fait d’adhérer, parfois si fortement, à un groupe est-il salutaire pour soi-même ? Cette recherche communautaire ne nie-t-elle pas l’intériorité nécessaire pour tout un chacun ?

 

Certes, il y a des périodes où c’est important de se retrouver « entre pairs », dans des groupes où il est vrai qu’une certaine solidarité peut exister. De plus, l’accès aux droits est parfois une étape essentielle dans certains parcours. Mais, à force de vouloir coller à l’identité d’une communauté, n’y a-t-il pas le risque de s’y perdre, d’y perdre son intimité, et de perdre aussi l’ouverture à la différence de l’autre ?

 

L’intimité est pourtant nécessaire à l’être humain, elle produit une distance entre soi et autrui, une différenciation indispensable à l’estime de soi et au respect de l’autre. Elle contribue aussi à la délimitation d’un espace psychique interne et favorise l’autonomie.

 

Or, dans un groupe communautaire, la personne peut devenir étrangère à elle-même, s’oublier, se noyer dans le collectif. Alors que l’objectif initial recherché était souvent le sentiment d’appartenance au groupe, afin de ne plus être un exclu, un rejeté, un « paria », pour partager aussi un vécu qu’on imagine commun, cette sur-adaptation peut entraîner un oubli de soi-même, de son identité, de ce qui fait chacun sa singularité. Et peut paradoxalement diviser au lieu de rassembler. Car le rapport à l’autre ne fait plus advenir l’altérité, celle qui nous distingue et nous rend à nous-mêmes, celle qui nous permet aussi de communiquer et d’accepter la différence. C’est dans l’œil de l’autre que je me reconnais à la fois semblable et différent…

 

Ainsi, on peut se poser la question de se demander si cette existence de communautés permet vraiment de mieux vivre ensemble. Car à part partager un même vécu, une même « jouissance » en miroir, où parfois la parole n’y sert qu’à s’admirer réciproquement, où les désaccords individuels, même argumentés, sont parfois refoulés très violemment, il n’est pas certain que ce fonctionnement communautaire permette un lien social riche basée sur une réelle altérité, à savoir le respect aussi de la différence et de la complémentarité.

 

Ainsi personnellement, je préfère faire comme Groucho Marx : « I refuse to join any club that would have me as a member », car mon individualisme me permet, paradoxalement, de cultiver ouverture et curiosité, sans (trop) de préjugés, et de m’intéresser à tous.tes.

« Rester autre. Toujours préférer l’altérité, jusqu’au bout,

au risque de devenir des étrangers, plutôt que vouloir ne faire qu’un. »

(Riika Pulkkinen)

2 commentaires

Le "Vivre ensemble"

Savoir penser l'autre...

Depuis quelques années, nous constatons l’explosion de communautés rassemblant des personnes autour d’une même préoccupation ; celle-ci peut être lié à un problème de santé (association d’usagers) et/ou à une identité (courant LGBT+), et/ou à un partage de vécu (mouvement #MeToo et consorts). Multiplications de communautés, de sous-communautés, de sous-sous-communautés… où se rassemblent des personnes pensant avoir un vécu similaire, en tout cas une même préoccupation, souvent celle de faire respecter leurs droits.

 

Mais le fait d’adhérer, parfois si fortement, à un groupe est-il salutaire pour soi-même ? Cette recherche communautaire ne nie-t-elle pas l’intériorité nécessaire pour tout un chacun ?

 

Certes, il y a des périodes où c’est important de se retrouver « entre pairs », dans des groupes où il est vrai qu’une certaine solidarité peut exister. De plus, l’accès aux droits est parfois une étape essentielle dans certains parcours. Mais, à force de vouloir coller à l’identité d’une communauté, n’y a-t-il pas le risque de s’y perdre, d’y perdre son intimité, et de perdre aussi l’ouverture à la différence de l’autre ?

 

L’intimité est pourtant nécessaire à l’être humain, elle produit une distance entre soi et autrui, une différenciation indispensable à l’estime de soi et au respect de l’autre. Elle contribue aussi à la délimitation d’un espace psychique interne et favorise l’autonomie.

 

Or, dans un groupe communautaire, la personne peut devenir étrangère à elle-même, s’oublier, se noyer dans le collectif. Alors que l’objectif initial recherché était souvent le sentiment d’appartenance au groupe, afin de ne plus être un exclu, un rejeté, un « paria », pour partager aussi un vécu qu’on imagine commun, cette sur-adaptation peut entraîner un oubli de soi-même, de son identité, de ce qui fait chacun sa singularité. Et peut paradoxalement diviser au lieu de rassembler. Car le rapport à l’autre ne fait plus advenir l’altérité, celle qui nous distingue et nous rend à nous-mêmes, celle qui nous permet aussi de communiquer et d’accepter la différence. C’est dans l’œil de l’autre que je me reconnais à la fois semblable et différent…

 

Ainsi, on peut se poser la question de se demander si cette existence de communautés permet vraiment de mieux vivre ensemble. Car à part partager un même vécu, une même « jouissance » en miroir, où parfois la parole n’y sert qu’à s’admirer réciproquement, où les désaccords individuels, même argumentés, sont parfois refoulés très violemment, il n’est pas certain que ce fonctionnement communautaire permette un lien social riche basée sur une réelle altérité, à savoir le respect aussi de la différence et de la complémentarité.

 

Ainsi personnellement, je préfère faire comme Groucho Marx : « I refuse to join any club that would have me as a member », car mon individualisme me permet, paradoxalement, de cultiver ouverture et curiosité, sans (trop) de préjugés, et de m’intéresser à tous.tes.

« Rester autre. Toujours préférer l’altérité, jusqu’au bout,

au risque de devenir des étrangers, plutôt que vouloir ne faire qu’un. »

(Riika Pulkkinen)

2 commentaires

Le "Vivre ensemble"

Savoir penser l'autre...

Lire la suite 2 commentaires